S'identifier - S'inscrire - Contact

Boire et Manger, quelle histoire !
Le blog d'une historienne de l'alimentation

Recherche

 

Pomologie


"La pomme tombe pas loin de l'arbre"

Naturellement, en Europe, les pommiers poussaient aussi bien dans les forêts européennes que sur les rives de la mer Noire et dans le Caucase. Nos lointains ancêtres au Néolithique croquaient des toutes petites pommes au goût acerbe, semblables à de cerises. Très loin des grosses pommes sucrées que nous connaissons. 



Comment en est –on arrivé là ? C’est une longue histoire.

 Les pommiers appartiennent à la famille des Rosacées, genre Malus, famille d’une extraordinaire diversité qui pousse aussi bien dans les forêts de Caucase et du Turkestan que celles d’Europe, des Balkans, de la Sibérie, de Chine et du Japon et en Amérique du Nord. En Europe, les pommiers poussaient spontanément dès l’ère tertiaire. Le pommier est un arbre très rustique et adaptable à tous les climats froids et tempérés, on le cultive entre le 25° et 06° de latitude nord et dans l’hémisphère sud en Nouvelle-Zélande, en Australie, en Afrique australe, en Argentine, au Chili et au sud du Brésil.

Théophraste (278 avant JC) cite 6 variétés de pommes. Les grecs cultivaient des Malus dasyphilla, originaires des forêts bordant la Mer Noire. Dans la botte italienne, les Etrusques devinrent des pépiniéristes reconnus, puisque leurs contemporains les nommaient les « semeurs de pépins » Les romains, qui leur succédèrent sur le territoire,  améliorèrent la culture des pommiers.  Par greffage, ils obtinrent 24 variétés de pommes, si on en croit Pline l’Ancien. En France, les pommiers sont l’espèce fruitière la plus représentée et la pus diversifiée parmi toutes les espèces anciennement cultivées.  Charlemagne, grand prosélyte des vergers et des potagers, exigeat que l’on plante des pommiers dans les verges royaux,  on connait à cette époque 39 variétés de pommes. Il fera des émules car nous savons par un manuscrit datant de 1365 que Charles V fit planter 115 pommiers dans un verger des bords de Seine. Les pommes étaient non seulement consommées à cette époque, mais servaient aussi dans la pharmacopée familiale en usage externe. 



Kandil Sinap

Ce n’est qu’en 1628 qu’un pomologue, Le Lectier, dans la vie procureur du roi , qui établit le premier catalogue complet d’arbres cultivés. Il y recense 36 variétés de pommes. A cette époque, on préfère les poires aux pommes. Les pommiers, apportés par les romains dans les campagnes gauloises, avaient été améliorées par greffage et semis pour donner des espèces cultivées dans les champs selon des critères très différents des nôtres. Les qualités gustatives importaient peu. Par contre les critères les plus importants étaient de pousser rapidement vers le haut  pour laisser le passage aux animaux de trait et être protégé des gelées qui montaient du sol. Mais tout changea au 18ème siècle qui connut un véritable engouement pour les pommes. Les pomologues créèrent d’immenses pépinières,  observèrent pommiers et pommes et rédigèrent  nombre de traités consacrés à ce fruit. Ces pomologues, par croisements et greffages, créèrent des multitudes de nouvelles pommes, belles, grosses et colorées qu’ils présentent à des concours. Ces concours avaient l'avantage de pouvoir repérer  les espèces les plus intéressantes.

C’est au 19ème que, grâce à de nombreux échanges avec des pépiniéristes européens et américains, le nombre de variétés augmenta considérablement en France et qu’un pomologue, André Leroy rassembla 600 variétés de pommiers dans ses pépinières. En France, les pommiers ont évolué à partir de croisements entre des pommiers de table comme « Malus acerba » ou « Malus Silvestris Mill. » et « Malus Baccata Borkh », variété plus résistante au froid. Depuis une cinquantaine d’années, les améliorations portent sur la résistance aux maladies par croisements entre différentes espèces pour parvenir à la création de « Malus domestica », un hybride qui a relégué « malus acerba » au rang de pomme à cidre. Mais les pommiers, si faciles à cultiver, ont reçu la rançon de leur gloire. Seules quelques espèces sont maintenant cultivées intensivement avec des méthodes très modernes de conservation, comme les Golden qui représentnt 60% de la production de pommes, les Gala, Red Délicious, Granny Smith et Fuji. 




Pomme Fuji

 


Mots-clés : Technorati

le 31.01.08 à 19:49 dans Histoire des aliments
- Commenter -

Partagez cet article


Commentaires

On peut dire ce que l'on veut mais la pomme c'est tout simplement délicieux. C'est mon fruit préféré ! :)

un comparateur livret - 10.05.14 à 13:09 - # - Répondre -

Commenter l'article

Mon livre

L'histoire des légumes, des potagers, du néolithique à nos jours en passant par les abbayes. Plus une cinquantaine de recettes de Michel Portos, cuisinier de l'année 2012 GaultMillau, avec les accords vins de Patrick Chazallet. De très belles photos d'Anne Lanta, une préface de Christian Coulon pour la beauté de l'ouvrage. alt : Widget Notice Mollat Analyse sur un ton léger des rapports des femmes au vin de l'Antiquité à nos jours, les interdits, les tabous, les transgressions, se ponctuant par quelques portraits de femmes du vin contemporaines. alt : Widget Notice Mollat

Tous les articles publiés

Parcourir la liste complète

Annonces

Inscrivez-vous à ma lettre d'informations

Inscription désinscription

J'en ai parlé

Archives par mois

Abonnez-vous

ABONNEZ VOUS SUR